Young & Wild Travelers

Rejoins nous !

Previously on Instagram

Un trek incroyable

La jungle de Taman Negara

créateurs de contenu loïc

Explore more !

Dans les objectifs et envies de notre tour du monde, participer à un stage de survie était dans notre TOP 5 des trucs à faire ! En faisant ce trek de 2 jours dans la jungle de Taman Negara, on peut dire qu’on a touché du doigt ce à quoi peut ressembler un stage de survie à la @Mike Horn 😉

Un village posé sur l’eau

Départ pour Kuala Tahan

Avant d’entamer notre trek dans la jungle de Taman Negara, il nous aura fallu rejoindre le petit village de Kuala Tahan, situé à 4h de route de Kuala Lumpur, auxquelles il faut ajouter deux bonnes heures de pirogue. Accroché sur les berges de la rivière Tembeling ce village compte également une partie de ses habitations sur la terre ferme (plutôt réservé aux locaux et aux hôtels).

La première chose qui frappe quand on arrive, c’est qu’on ne croise pas de touriste malaisien, 98% des voyageurs rencontrés, ou vu, étaient des étrangers. Comparé aux Cameron Highlands où les familles Malaisiennes viennent en masses, ici non. Sans doute n’est-ce pas le genre de tourisme auquel ils adhèrent ou alors après réflexion, il est vrai que faire un trek dans la jungle avec des enfants ce n’est pas des plus simple.

Après avoir réservé notre tour dans l’une des agences du coin, nous nous sommes rendu dans l’un des restaurants flottants qui pullulent sur le bord de la rivière. On y mange correctement, pas chère et l’eau de la rivière amène une certaine fraîcheur dans cette atmosphère chaude et humide.

On prépare nos sacs

1er jour du Trek

À peine remis de l’énorme orage qui a grondé toute la nuit que nous devons nous rendre au point de rendez-vous fixer la veille pour préparer nos sacs à dos pour le trek.

Les agences vous fournissent le nécessaire pour survivre dans la jungle, néanmoins de votre côté pensez à :

  • Pantalon
  • Chemise ou tshirt à manche longue
  • Anti moustique
  • Antiseptique pour vous nettoyer les jambes après les sangsues ^^
  • Une serviette de bain pour vous laver dans la jungle
  • Lampe
  • Des vêtements secs pour passer la nuit.

De son côté l’agence vous fournis (par pers) :

  • Trois litres d’eau (3l)
  • Tous les repas
  • Sac de couchage
  • Tapis de sol

Avant de pouvoir accéder au trek et même de prendre la pirogue qui vous y mènera, vous devrez passer par le poste de garde des rangers qui s’assureront que vous avez bien tout ce dont vous avez besoin pour vivre en autonomie pendant 2 jours entier dans la jungle.

Une fois la checklist validée, il vous faudra également montrer votre ticket comme quoi vous avez bien réglé votre entrée dans le parc national.

10 mn de pirogue et ...

En avant les aventures

On pensait aller directement au début du trek et bien non, on fait d’abord un stop pour faire une “canopy walk(pont de singe suspendu entre des arbres sur plusieurs centaines de mètres). Exercice plutôt facile à condition de ne pas avoir le vertige néanmoins on a ressenti direct la moiteur de l’air et on a également compris que notre trek allait être des plus physique. Après cette petite mise en jambe des plus agréable, nous avons embarqué de nouveau dans la pirogue pour cette fois nous rendre au départ du trek.

Qui dit mieux ?

130 millions d’années

On accoste sur la berge de la rivière après 45 minutes 1h de navigation. On enfile nos gros sacs à dos et on monte de long escalier en béton qui nous mène au départ du trek. On tombe nez à nez avec un vieux pont fait depierre, de corde et de bois. Nous l’empruntons et nous voilà plongés dans la JUNGLE DE TAMAN NEGARA !

Les premières sensations sont assez mitigées, il est 12h passé, le soleil parvient encore à traverser les larges feuilles des arbres et nous suffoquons. Au bout de 20 minutes notre première bouteille d’eau est déjà entamée de moitié et nous sommes trempés. Nous continuons notre progression et nous nous enfonçons toujours plus dans cette jungle à la végétation de plus en plus épaisse. Nos corps s’habitue petit à petit à l’air moite et le soleil est enfin éclipsé par les arbres, mais du coup nous sommes en pleine cuisson à l’étouffer 😉

Quand nous trouvons enfin notre rythme de croisière et que la marche se fait dans le silence le plus religieux, on a soudain entendu crier “LEECH !!!” (Sangsue en anglais). Un touriste hollandais qui faisait partie de notre groupe et qui avait eu la bonne idée de faire le trek en short, s’est aperçu qu’une sangsue lui pompait le mollet depuis quelques minutes. Premier contact avec cet invertébré redouté et on peut dire que son apparence noire et visqueuse nous a vite refroidi et nous plongea dans une paranoïa de tous les instants.

À partir de ce moment-là, chaque pas que nous posions au sol nous obligeait à vérifier qu’il n’y avait pas de sangsue, prête à nous grimper dessus. Ce “monstre” de la jungle est d’une rapidité insoupçonnée et est attiré par la chaleur. Il aura vite fait de s’agripper à vos chaussures pour ensuite trouver le chemin de votre cheville et il n’hésitera pas à passer au travers de la maille de vos chaussettes pour aller se délecter de votre sang 🙁

Décompte final, 15 sangsues pour ma part et seulement deux pour Laurie, mais elle a quand même réussi à en laisser grimper une jusqu’à son nombril sans s’en apercevoir et la deuxième qui s’est glissée sous son talon 😛

Heureusement que le trek ne se résume pas qu’à ça ! Une fois la chaleur de la jungle et ses habitants acceptés la marche devient agréable. Il est fascinant de marcher sous des arbres gigantesques, à chaque bruit que l’on entend notre regard est absorbé par cette masse verte qui nous entoure, à la recherche d’un oiseau, d’un animal sauvage. Malheureusement cette première journée aura été pauvre voir nulle en animaux…

La progression dans la jungle est lente et longue après 6h de marche nous sommes enfin arrivés dans la grotte où nous allons passer la nuit. Elle est située légèrement en hauteur, elle dispose de deux grandes entrées à chaque extrémité et elle abrite des chauves souris qui virevoltent sans cesse au-dessus de nos têtes.

enfin un peu de fraîcheur

Se rafraîchir et se reposer

La première joie de cette fin de journée aura été de pouvoir prendre un semblant de douche dans un petit cours d’eau qui était à quelques dizaines de mètres de notre grotte. Bien fraîche et claire, passé les premiers frissons, on apprécie cette eau froide et relaxante au final.

Après cela il est temps d‘installer notre campement. On dispose des bâches au sol et on y installe ensuite nos couchages. La nuit tombe très vite à cette période de l’année et notre guide commence les préparatifs pour notre repas du soir.

Il découpe des légumes et les placent dans des woks, il fait cuire du riz et prépare également du poulet avec une sauce. Nous étions ravis de le voir cuisiner un plat typique et de pouvoir l’assister dans la préparation. Le noir se faisant de plus en plus présent, nous allumons les bougies que nous avons transportées et nous sortons également les lampes frontales.

ça vous tente ?

Une petite ballade nocturne

Après le repas goulument avalé, le guide propose, à ceux qui le souhaite, d’aller observer des animaux nocturnes (principalement des insectes). Avec Laurie nous avions un tout autre projet en tête.

Pendant que tous les autres sont partis à la chasse aux grosses araignées et autres bébêtes velues, nous installons quelques bougies de-ci de-là dans des cavités de la grotte. Notre idée était de prendre des photos longues poses. Pendant l’installation nous avons croisé cet énorme crapaud et Laurie a même surpris un porc-épi prendre dans sa bouche une bougie et partir avec dans la pénombre ! On apprendra par notre guide plus tard qu’il est courant que des porc-épics vivant dans la grotte viennent dérober les bougies. Nous avons fait quelques expérimentations de photos dans la pénombre. Mais rien de très concluant, c’était nos premières photos longue pose avec notre nouveau Sony A7 III et nous n’étions pas trop au point sur certains réglages. Bref voici un petit aperçu du résultat !

C’est comment ?

La nuit dans une grotte

Épuisé par notre journée de marche, nous ne nous sommes pas fait prier pour aller dormir. Dans la nuit quelques bruits métalliques se font entendre près de l’endroit où nous avions accroché nos poubelles, soudain un grand bruit comme celui que font les boîtes de conserves que les Américains accrochent à l’arrière de la voiture des jeunes mariés (que dans les films j’imagine :P). J’étais aux aguets depuis le premier son entendu et j’ai donc instantanément allumé ma frontale pour voir quel animal faisait tout ce vacarme et j’ai été surpris de voir le porc-épic du début de soirée repartir avec une boite de conserve dans sa gueule. Plus tard j’entendrais également des grognements lointains dans la jungle. Mais rien de bien inquiétant au final.

On veut des animaux sauvages !

2ème jour

Au réveil, un crépitement de flamme se fait entendre et une légère odeur de café nous sort de nos duvets. Notre guide levé aux aurores était déjà en pleine préparation d’un bon petit déjeuner. Les traits des visages sont tirés et certain trekkeurs ont des courbatures.

On remballe nos affaires en laissant la place nette et il est déjà l’heure de reprendre notre marche dans la jungle. Mais au préalable nous nous rendons dans une grotte adjacente ou presque à celle où nous venions de passer la nuit.

Après avoir descendu quelques rochers glissants, nous arrivons dans un grand espace où une odeur de guano de chauve-souris empeste l’air et où leurs cris couvrent presque nos voix. Le guide nous déniche un énorme crapaud noir des cavernes qui se promenait par là et on observe cet énorme batracien pendant plusieurs secondes. Au plafond on peut observer également de grandes araignées aux longues pattes velues ! [voir notre vidéo]

Une fois cet intermède animalier terminé nous reprenons le chemin tracé dans la jungle par notre guide ! La sensation de marche le matin est beaucoup plus agréable, il réside une certaine fraîcheur que nous n’avions pas en démarrant en début d’après-midi la veille.

Aujourd’hui le rythme est malgré tout plus soutenu ! Nous avons 6h de marche de prévues et beaucoup de passage de cours d’eau où nous allons devoir faire preuve d’équilibre !

On s'accroche !

Un retour sur le fil

À force de faire ce trek les différents guides qui arpentent la jungle, on fait certain aménagement histoire de rendre le trek un peu plus facile ou pas…

À plusieurs reprises nous avons dû emprunter ces lignes de cordes et certaines fois cela a failli finir les fesses dans l’eau.

À midi nous avons fait une pause sur les bords de la rivière et ce fût l’occasion pour nous d’aller nous baigner ! Aux premiers abords, l’eau marron n’était pas très engageante, mais notre guide sûr de lui nous a affirmé que c’était sans risque et nous avons donc enlevé nos vêtements trempés pour aller nous rafraîchir dans cette eau froide.

Nous pensions pouvoir nous immerger au moins jusqu’aux épaules et en fait non, un mètre grand maximum de profondeur à cet endroit, en revanche le courant était très fort et heureusement des branches et quelques rochers nous ont évités de partir à la dérive.

Après nous être détendu quelques dizaines de minute dans l’eau, nous avons pris un copieux repas et nous avons repris le chemin jusqu’à la sortie de la jungle ! la suite ressemblera beaucoup à notre matinée et nous enchaînerons des ponts suspendus, des équilibres sur des tronc d’arbres gigantesques qui sont tombés au sol et tout un tas d’autres acrobaties mettant en scène des lianes, des arbres et des cours d’eau 🙂

Respirons à plein poumon !

De l'air enfin !

On aperçoit la fin du chemin et nous ne sommes pas mécontents de revoir enfin le ciel et d’avoir de l’espace autour de soit. Mine de rien dans la jungle il ne vaut mieux pas être claustrophobe. Quoi qu’il en soit nous avons adoré ce trek ! Deux jours à transpirer dans la jungle, 6h de marche par jour (en vrai c’est n’est rien, mais « in the jungle » c’est n’est pas la même) et des rencontres fortes sympathiques !

Le retour au village se fait comme pour l’arrivée, en PIROGUE, mais dans des rapides ! On vous laisse le découvrir dans notre vlog.

Et vous ? Ça vous tente un trek dans la jungle ? Dites-le-nous en commentaire !

INFORMATIONS PRATIQUES

  • Comment aller à Kuala Tahan ? Transport

On vous conseille le site Rome2rio pour planifier vos transports.
Depuis les Cameron Highlands, il y avait plusieurs bus qui se rendaient à Kuala Tahan ou au village ou l’on prend la pirogue. Demandez conseil à votre hôtel. Il est aussi possible d’y aller depuis Kuala Lumpur.
Une fois à l’entrée du parc, on achète son ticket pour la pirogue ou suivant le transport choisi il est aussi possible d’y aller par navette avec Han Travel.  On vous recommande vraiment la pirogue c’est magnifique !

  • Où loger à Kuala Tahan ?

Notre guest house : Taman negara rainbow guest house 
Les chambres étaient propre. Nous avions de l’eau chaude, mais pas beaucoup de pression. Des serviettes et du papier toilette ainsi qu’une fontaine à eau ! Très correct pour le coin et assez bien placé.

  • Notre agence pour le Trek dans le jungle de Taman negara

Pahang Outoor
Leur page Facebook
Notre guide Saiful : son facebook

 

N'hésite pas à poser des questions ou à nous laisser des commentaires

sed mi, vel, ut dolor lectus facilisis non
15 Partages
Partagez7
Tweetez
Enregistrer8