Young & Wild Travelers

Rejoins nous !

Previously on Instagram

Tourisme durable

Famille Maya et Sanctuaire de singes

créateurs de contenu loïc

Adoptez le tourisme durable !

Est-ce que vous êtes lassés des plages de sable blanc et des étendues d’eaux turquoises ? En avez-vous marre des grands espaces et des sommets magnifiques qui côtoient les nuages ?

Bien sûr que non, mais est-ce que partir en vacances se résume uniquement à ça ? Est-ce qu’il existe des alternatives au Club Med, aux tours organisés, à l’unique far niente en mode flip-flap sur sa serviette de plage pour être doré comme un rôti à la rentrée de septembre et épater les collègues de boulot ? Évidemment qu’il existe d’autres façons de profiter de ses vacances et sans forcément renoncer aux joies de la baignade ou à la détente. Au travers de cet article je vais vous présenter une journée tournée vers le patrimoine culturel d’une famille Maya et un Sanctuaire de singes dans la région du Yucatan, en sortant des sentiers battus !

Programme

De la journée

Visite d’une famille et d’un jardin Maya

Architecture de maison Maya

Cuisine et repas traditionnel

Sanctuaire des singes

Rencontre d’un chaman

Exploration d’une Cenote

Visite

Famille et jardin Maya

C’est avec un large sourire que Joseph, l’un des membres de la famille Maya, nous accueille aux portes de leur mini village caché dans la forêt. Nous sommes seulement à quelques centaines de mètres de la route principale et nous n’aurions sans doute jamais soupçonner leur présence.

Nous commençons notre visite par la présentation des ruches que la famille possède et avec lesquelles elle produit un miel comme vous n’en goûterez jamais ailleurs. Sans rentrer dans les détails techniques des abeilles qui se trouvent ici (beaucoup plus petites qu’en Europe). Elles produisent un miel qui ne colle quasiment pas et en très petite quantité. Principalement vendu pour ses vertus médicales, ici pas de tartine ou même de Pancakes au petit déjeuné 😉

Nous explorons le jardin de la famille ! Tous les mètres nous observons une plante, un fruit, un arbre ou même une feuille dont les vertus médicinales sont encore utilisées par cette famille et les membres de la communauté Maya. Une pharmacie à ciel ouvert ! Joseph nous explique qu’ils se transmettent de génération en génération leurs connaissances sur les plantes qui les entourent. Plusieurs raisons à cela, dont 2 principales : Premièrement l’hôpital le plus proche est à des dizaines de kilomètres de leur village et il ne possède pas de véhicule pour s’y rendre. Secondement, le prix des médicaments bien trop coûteux pour eux. Ils ont du Doliprane à porté de branches. Ils n’ont plus qu’à les faire en infusions.

Au-delà de l’aspect médical, certaines plantes et fruits servent à créer des éléments de cuisines, tel que des assiettes (plus en forme de bol), les feuilles de bananiers servent bien entendu à la cuisson des aliments. Des fruits utilisés pour faire tomber la fièvre servent également à mariner la viande et à l’assaisonner.

Toutes ces plantes nos propres ancêtres (peut-être même nos grands-parents) les connaissaient et les utilisaient, mais nous n’avons pas su garder ce savoir.

Architecture

de maison Maya

Après avoir fini le tour du jardin de la famille, Joseph, nous explique les spécificités de leurs maisons. Il nous explique que la maison dans laquelle nous nous trouvons à résister à l’ouragan Wilma en 2005. Sa forme globale ressemblant étrangement à celle d’un œuf, permet aux vents violents de ne pas directement rentrer en contact avec le mur et donc de diffuser la force. Les murs étant également de simple tronc d’arbre, le vent peut librement entrer dans la maison, circuler et s’échapper par le toit qui de son côté est prévu pour laisser l’air sortir sans l’arracher. Une architecture très ingénieuse qui a fait ses preuves lors des événements climatiques cités plus tôt dans ce paragraphe.

L’intérieur est assez sommaire, on y retrouve des hamacs pour dormir à l’écart des insectes et autres animaux dangereux. Quelques éléments de décorations mais pas plus. La maison/cabane que nous visitons est dédiée au sommeil.

À table !

Cuisine et repas traditionnel

La maison suivante est beaucoup plus petite, noir charbon à certains endroits et il s’en dégage une fumée blanche accompagnée d’une odeur agréable. Nous pénétrons dans la cuisine de la famille et c’est la grand-mère qui nous y accueille. Nous sommes saisis par la chaleur du lieu où un four à tortillas tourne à plein régime… Pendant que physiquement nous cuisons à l’étouffé, la grand-mère nous montre avec ses doigts agiles, comment faire une tortilla bien ronde et épaisse. Elle nous propose ensuite un concours de tortilla entre les différents participants de cette journée Maya (6 Français). Force est de reconnaître que nous sommes bien loin du résultat de la grand-mère. Mais elle élit quand même les 3 plus belles tortillas de la journée et nous propose de rejoindre la table joliment décorée qu’elle a préparée avec sa belle-fille.

Une fois attablé, nous découvrons le menu du jour, un poulet mariné avec une compotée de tomates et d’oignons accompagnés des tortillas faites avec nos petites mains. Plus tôt dans la matinée nous avions aperçu l’un des frères de Joseph en train de s’affairer autour d’un trou fumant dans le sol (On appelle ça un «Pit »). Dans ce « Pit » était en train de cuire de façon traditionnel notre poulet du midi. Le repas fut l’occasion de poser des questions à notre guide et traductrice mais également de faire un peu plus connaissance avec les autres participants. Une journée de rencontre et de partage fort agréable 😉

Après ce délicieux repas il était temps de faire nos adieux à la famille de Joseph et de les remercier pour leur hospitalité, leur gentillesse et toutes les informations qu’ils avaient partagées avec nous. Ce fût l’occasion de faire une photo souvenir avec eux.

D’ailleurs un moment très émouvant fût celui où l’une des participantes venues avec un appareil polaroid, offrit une photo à la grand-mère sur laquelle elle était en compagnie des ses enfants et petits-enfants. J’ai encore son sourire et ses yeux tout humides en mémoires. Ils avaient partagé avec nous toute la matinée et une simple photo valu tous les remerciements du monde pour elle. Un beau moment de voyage et de partage 😉

sanctuaire des singes

Araignées et hurleurs !

L’après-midi le programme prévoyait d’être plus physique que notre matinée découverte. Nous nous sommes rendu dans la réserve naturelle de Punta laguna (en Maya : Otoch Ma’ax Yetel Kooh, ou la maison du singe et du puma).

La réserve est gérée en coopérative par une communauté Maya et elle abrite l’une des plus grosses populations de singes araignées et hurleurs de la région du Yucatan.

Objectif faire un parcours dans forêt pour tenter d’observer les singes et la faune du coin ! Après avoir enfilé nos maillots de bain ainsi que des baudriers (vous allez comprendre pourquoi plus tard) nous voilà parti en quête d’animaux sauvages. À peine arrivé à la première étape de notre parcours dans la jungle, que des hurlements roques et puissants retentirent dans les arbres. Notre guide avec son œil averti localisa rapidement les singes hurleurs. Nous les avons observés un petit moment puis nous avons repris le chemin qui nous emmenait quelques mètres plus loin sur un petit ponton en bois.

Précisions sur le baudrier précédemment enfilé, il était accompagné de longe et d’une poulie pour faire… De la tyrolienne dans les arbres !

Alors oui, je vous vois venir… Et non on ne parle pas d’un accrobranche pour touriste en mal de sensation forte , on parle d’un simple câble tendu entre 2 arbres pour rejoindre un ponton sur le bord d’un lac duquel nous avons ensuite pris un canoë. Après s’être élancé du ponton on dépasse les arbres qui nous cachaient l’horizon et on survole donc la lagune sur laquelle le soleil se reflète. Waouh !

On continue notre aventure dans la réserve, avec une session canoë sur la lagune qui ressemble à une mer d’huile ! On accoste au milieu d’enfants entrain de jouer dans l’eau sur les bords du lac et on rejoint ensuite un endroit mystérieux dans la forêt…

Rencontre avec un Chaman

Maya !

On passe devant un autel fait de bois, de lianes et de fleurs roses. Une étrange fumé s’échappe d’une sorte de calice en terre cuite. On aperçoit également des feuilles d’un arbre inconnu, ainsi qu’une bouteille contenant un liquide dont la couleur m’a forcement rappelé un alcool que l’on consomme beaucoup de par chez nous les Marseillais, mais que nenni, ce n’était pas l’heure de l’apéro, mais bien celui de la cérémonie chamanique à laquelle il est obligatoire d’assister avant de continuer notre promenade et de pouvoir accéder à la Cenote sacrée. Pour les Maya les Cenotes représentent le portail entre le monde des vivants et celui des morts, il est donc de mise de faire des offrandes avant de pénétrer dans les eaux cristallines de celles-ci pour se protéger.

On ne souhaite pas vous « spoiler » la cérémonie chamanique, du coup on vous laisse le plaisir de la découvrir par vous-même en vous rendant au Mexique ! On vous met juste quelques photos pour que vous visualisiez un petit peu l’ambiance.

Exploration d'une Cenote

très particulère !

La journée se termine par la découverte et l’exploration d’une Cenote comme vous n’en verrez pas d’autre au Mexique, du moins nous en avons visité beaucoup et aucune de celles qu’il nous a été donné de voir, ne ressemblait à celle-là !

Déjà pour commencer elle est dans un trou, c’est-à-dire que pour y accéder il nous a fallu descendre à une échelle de corde tout en étant attaché par notre baudrier. Ensuite il s’avère qu’elle est plongé dans le noir le plus total.

Vous allez me dire, OK tu es bien gentil Lolo mais aller voir une Cenote dans le noir quel est l’intérêt ? Et c’est là que la lampe torche étanche de notre super guide prend tout son sens et nous permet de découvrir le lieu incroyable dans lequel nous évoluons.

Nous observons une énorme cavité à moitié immergée dans l’eau et sous nos pieds une profondeur de plusieurs mètres. À nouveau, pour éviter de vous spoiler les surprises de la visite, nous ne vous révélerons pas tous les mystères qu’abrite cette Cenote.

Après une quinzaine de minutes dans l’eau froide de la Cenote nous attaquons la remontée, qui est bien plus difficile que la descente. Mais nous arrivons tous à rejoindre la surface pour aller déguster un gros goûter bien mériter et surtout remercier notre guide de nous avoir fait passer une incroyable journée entre culture, activités sportives et partages.

Contacter Martine

Laissez-moi maintenant vous présenter Martine Dufour notre guide.

Originaire de la ville de Québec, Martine Dufour a fait voyager ses souliers aux quatre coins des Amériques, un parcours qui l’a amené notamment à travailler au service des artistes inuits du Nunavik, étudier dans le Pantanal brésilien, démarrer une entreprise au Nicaragua, excaver des ruines mochicas dans le désert péruvien, traverser le salar d’Uyuni sur les hauts plateaux boliviens, couvrir des conférences de presse à Buenos Aires et naviguer en voilier dans les Caraïbes.

C’est à Tulum qu’elle aura finalement jeté l’ancre, séduite par son éblouissante nature, aussi abondante que diversifiée. Détentrice de formations universitaires en anthropologie et en journalisme, elle est également certifiée guide naturaliste interprète pour la péninsule de Yucatán.

Elle souhaite faire découvrir le riche patrimoine culturel et naturel des environs de Tulum au cours d’excursions combinant découverte et aventure, toujours accessible et complémenté de contenu informatif.

Réservation par email : martinedufour.excursions@hotmail.com

ou par téléphone (whatsapp): (52 + 1) 984-166-3570

Conclusion

Et oui c'est la fin...

Une excursion qui s’inscrire dans une démarche du tourisme durable !

Pour faire un clin d’œil à mon intro, bien entendu que nous aimons la plage, se baigner, faire les lézards au soleil, mais nous adorons également sortir des zones ultras touristiques. Grâce à Martine Dufour ce désir de découvrir la vie des locaux, leur environnement, leurs traditions est rendu possible ! Ce qui est agréable aussi, c’est que nous ne sommes pas un car de 40 touristes à débarquer comme un lâcher de perdreaux avant la chasse ! En petit comité, la proximité avec les locaux est plus simple, naturelle et vraie et ça nous on adore ! MERCI ! 

Combien d’étoiles pour le développement du tourisme durable ?

Une famille Maya et un sanctuaire de singes
5 (100%) 2 votes

N'hésite pas à poser des questions ou à nous laisser des commentaires

Donec felis Lorem ipsum efficitur. in mattis ut Sed
Partagez11
Tweetez
Enregistrer4
15 Partages