Young & Wild Travelers

Rejoins nous !

Previously on Instagram

Bolivie : Récit d'aventures

le salar d’Uyuni en 4 jours, ou PAS !

UYUNI OR NOT ?

Une de nos grandes envies depuis le début de ce tour du monde était d’aller voir le salar d’Uyuni en Bolivie. Recommandé par tous les voyageurs que nous avions rencontrés, dès notre arrivés à San Pedro d’Atacama nous avons booké notre tour : 4 jours dans une jeep à parcourir le parc national des volcans. Faire la boucle depuis le Chili, c’est commencé du « moins beau » au plus beau, car le salar arrive en dernier ! La cerise sur le gâteau ! Malheureusement pour nous, tout ne s’est pas passé comme prévu… Voici notre récit d’aventures entre paysages grandioses et blocus d’un village désespéré.

JOUR 1 –

PARC NATIONAL DES VOLCANS

Départ de notre auberge de jeunesse à 7h. Une navette vient nous récupérer, direction la frontière Chilienne. Notre chauffeur, Nino, écoute de la super bonne musique ! Red Hot Chili Peppers, Queen, les Rollingstones, du bon rock, des grand classiques et ça fait du bien aux oreilles après 3 mois passés en Amérique du sud ! Nous sommes 12 dans le mini bus avec une majorité de français, la connexion se crée rapidement.

On passe la frontière chilienne sans soucis. C’est ici que nos chemins se séparent avec Nino. Nous sommes répartis dans 2 jeeps de 6. Nous faisons connaissance avec nos chauffeurs Bolivien et après un bon petit dej’ servi au pied d’un volcan à 4500m d’altitude, quelques granules de coca et un nouveau tampon sur notre passeport nous partons explorer la Bolivie !

prise de vue en drone de la laguna blanca à Uyuni

Salar d’Uyuni – Jour 1 – Laguna blanca

LAGUNAS

Premier stop : la laguna blanca et la laguna verde ! On les découvre alors que le soleil est encore entrain de se lever. Les reflets et les couleurs douces de ces lagunes immenses nous mettent une première claque. On nous avait prévenu que ça allait être grandiose. Mieux que le désert d’Atacama ? à vous de juger 😉 

Désert de Dali

Nouveau stop au milieu de nul part : le désert de Dali. Au loin on aperçoit des dunes sur lesquelles sont disposés de manière étrange, des rochers qui eux même ont une forme assez improbable !  Les sommets qui nous entourent aux couleurs ocres sont irréels. C’est pour cela que ce désert porte le nom du célèbre artiste, Salvador Dali, car ils ressembleraient aux étranges paysages qu’il peignait.

prise de vue en drone du désert de dali en bolivie

Salar d’Uyuni – Jour 1 – Désert de Dali avec la Team : Lorena, Alicia, Andy, Jesus et les YWT ! 

Sources d’eaux Chaudes

On continu notre route pour arriver à l’endroit où nous allons faire une pause pour déjeuner. Mais juste avant : bains chauds ! Deux piscines avec vues nous attendent, le décor : lagunes et flamants roses ! C’est tout simplement le grand luxe d’être là, en pleine nature, sur des hauts plateaux, de prendre un bain chaud puis de sortir pour aller manger ! Il faut avouer que les tours organisés, parfois, ça a du bon ! Tout est prêt, il n’y a plus qu’à profiter !  Pour cela, nous sommes bien entourés, avec Alicia et Jesus, deux espagnols, et un autre couple, Lorena et Andy, du Brésil et de Grande-Bretagne. Dans notre cerveau, ça parle anglais, espagnol, italien, français, c’est le mixe de toutes les langues. Une sacrée gymnastique !

GEYSERS :

On reprend la route et encore une nouvelle scène incroyable : des geysers ! Autant vous dire qu’à côté de El Tatio il n’y a pas photo ! Des couleurs, des reliefs, ça boue, ça fume, ça pue, mais qu’est-ce-que c’est beau. On se promène au milieu des gaz, on joue avec la fumée, parfait pour faire quelques photos dans le style lunaire.

geysers en bolivie uyuni tour

Salar d’Uyuni – Jour 1 – Geysers

LAGUNA COLORADA

Notre dernier spot du jour ! Comme si nous n’en avions pas déjà assez vu ! Direction la laguna colorada… Et là…. Peux être avez vous vu nos photos de la « plus grande » réserve de flamant rose du Chili : la laguna Chaxar… une goutte d’eau à côté de la laguna colorada !

Hagapito (notre chauffeur) nous dépose et nous encourage à aller explorer la zone. On se retrouve face à des centaines de flamants roses, dans cette gigantesque lagune rouge. On se sent juste tout petit face à ce spectacle et en même temps on se sent aussi relier à toute cette nature en tant qu’observateur. Malgré un vent qui souffle à vous déraciner un arbre, on reste à admirer les flamants roses, à une distance raisonnable, pas comme certain

Il y a juste 2 gros panneaux bleus et rouges qui disent : ATTENTION ! Ne pas perturber les animaux ! Il y a au sol un marquage clair qui délimite la zone où l’on peut marcher… mais NON ! Certains passent cette barrière et s’approchent des animaux sur une zone protégée du salar… Et bien sûre, effet mouton garanti … si lui il l’a fait… moi aussi… et c’est parti, chacun enjambe la zone, tout ça pour une photo (selfie) dos à la nature…BREF ! 

Salar d’Uyuni – Jour 1 – Laguna Colorada

Nous finissons la journée dans le petit village de Villamar. Nous partons avec notre groupe de 6 se promener dans ce village fantôme…

On découvre notre refuge tout en simplicité, parpaings, briques, béton et de la tôle pour le toit. Deux toilettes qui fonctionnes : OUF ! Mais des douches froides et des dortoirs de 6 lits. On nous à mis à disposition des petits biscuits, de l’eau chaude, des infusions à volonté avec des herbes locales. Pour le repas on mange une soupe et des pattes à la bolo. Une infusion et au lit ! Une longue journée nous attend demain…

JOUR 2 –

Du rêve à la réalité

Réveil en douceur et tout moelleux avec une généreuse panière de pancake :ou comment devenir fan des tours organisés 😉  Du pain, de la confiture, du manjar (un patte à tartiner au caramel dulce de lece), des œufs ! C’est le festin ! On se régale comme si nous n’avions rien manger la veille ! Pour nous qui ne pouvons rien cuisiner, dès que l’on peu enfin manger varié on est heureux ! On remet nos sacs sur le toit de la jeep et on repart pour un tour.

LA CUPA DEL MONDO – CAMEL – LA Ville dans le désert

On reprend notre exploration avec des rochers ocres aux formes diverses. On découvre celui que les Boliviens appellent fièrement : la copa del mundo ! On continue ensuite avec un autre en forme de dromadaire.

Puis direction vers une formation de roches impressionnantes que l’on s’empresse d’escalader comme des enfants ou des aventuriers… On grimpe facilement mais l’effort est quand même plus dur en altitude ! C’est magnifique !

Cette expérience de trek en jeep à travers les paysages Bolivien est vraiment génial, se réveiller au cœur d’un parc national avec des paysages à perte de vue et les parcourir toute une journée, on en prend plein les yeux.

LA LAGUNA NEGRA

La laguna negra, un oasis au milieu du désert. On observe un troupeau de lamas gambader le long de ce marécage. C’est génial de les voir d’aussi prêt en liberté. Hagapito, notre chauffeur, nous emmène sur un point de vue … arrivé en haut on a le souffle coupé à tous les niveaux ! La vue est juste dingue. Loïc sort son drone et montre les images à Hagapito, super content de découvrir sous un nouvel angle ces paysages qu’il connaît par cœur. Il y a une super connexion entre les gens, tout le monde à le sourire et se régale, une belle énergie positive.

QUINOA

Après avoir mangé un super gratin de patates, du riz et des légumes, on reprend la route direction des champs de quinoa. Nous n’en avions jamais vu et WAHOU ! Quelle surprise de voir autant de couleurs !

CANYON ANACONDA

Derrière ces champs se trouve un canyon. C’est dingue cette diversité de paysage que l’on peu voir en si peu de kilomètres. On arrive sur un rocher qui sert de plateforme et qui nous offre une vue infinie sur ce canyon assez profond, où serpente une rivière verte et noire en forme d’anaconda. On prend une photo tous ensemble en haut de ce rocher, juste super heureux ! On nous annonce que notre prochain stop sera : UYUNI. L’arrivée est prévue en fin de journée pour le coucher du soleil, nous avions hâte d’y être et de découvrir le salar !

C’est à partir de cet instant que notre aventure a pris une autre tournure. Sur la route pour Uyuni, nous croisons la route d’un pick up qui nous demande de faire demi tour alors que nous sommes entrain d’essayer de contourner un pont bloquer vers lequel il nous force à aller. Nous nous retrouvons bloqués, la route est coupée par d’énorme blocs. On ne comprend pas vraiment ce qu’il se passe. Après une courte discussion on nous laisse finalement passer, soulagés on reprend la route pour foncer tout droit dans un autre blocus… le début d’une longue après midi…

Suite et fin...

Blocus et prise d'otage

Nous voilà donc bloqués en plein milieu de la route avec d’autres 4×4 de touristes. C’est l’incompréhension générale. Qu’est-ce qu’il se passe ? Est-ce que ce blocus est contre nous, les touristes ? Des bribes d’informations arrivent, visiblement ce blocus n’est pas contre les touristes mais en revanche nous en sommes l’instrument.

Les revendications d’Allota :

  • La mise en place d’une route bétonnée entre le village et la frontière Chilienne la plus proche.
  • Avoir un terminal de bus.
  • Un meilleur accès à l’eau.

    Des revendications tout à fait compréhensibles. Ces quelques aménagement pourrait leur changer la vie et surtout leur permettre de profiter du tourisme autour du salar d’Uyuni. 

Les heures passant nous commencions à perdre espoir de pouvoir passer. Petit à petit nous comprenions que la situation était très sérieuse. Nous avons mis du temps à nous en rendre compte et à mettre des mots sur cette situation. C’est seulement lorsque certains impatients qui ont tentés de passer et se sont fait caillasser puis crever les pneus que nous en avons pris conscience. Nous n’avions pas le droit d’avancer, ni de reculer et si nous essayions une percée nous nous faisions réprimés… OK, ceci est une prise d’otage !

Le but du Blocus : 

  • Que les touristes bloqués appellent leur ambassades respectivent pour qu’elles fassent pressions sur le gouvernement Bolivien.
  • Que nous fassions des photos, vidéos pour les partager sur les réseaux sociaux et soutenir leur mouvement.

Avec la trentaine de Français présent, nous nous sommes donc rassemblés pour joindre notre ambassade. Après plusieurs échanges, oui, parce que par miracle quelqu’un avait du réseau, nous n’avons eu aucune aide et par la suite aucun suivi, à notre connaissance, pour savoir si nous étions en sécurité… MERCI ! 

Pendant ce temps là, pour patienter, certain font un foot, observent les lamas passer, mettent de la musique et dansent ou font un pique-nique improvisé sur l’herbe… en détente ! Tout va bien ! 

Les informations s’enchaînent et les heures passent on apprend que :

  • Nos chauffeurs étaient au courant du blocus, des faits qui se sont confirmés
  • Qu’il y avait une route alternative mais que nous ne l’avons pas prise. Pourquoi ?
  • L’un des 2 chauffeurs est le « chef » des conducteurs bolivien, il devait donc être présent aux discussions.
  • Le deuxième chauffeur nous a confirmé par la suite qu’il lui avait proposé de passer par l’autre route…
  • Nos agences étaient au courant également… chose dont nous n’avons pas pu avoir confirmation.
  • Cela fait 9 ans que ce village se bat pour la route… Normal qu’ils soient en colère ! 

Mauvaise nouvelle, après des heures de discussions, on nous fait une proposition qui confirme que nous n’irons pas à UYUNI : Allota souhaite que les touristes rejoignent le village à pied et dorment chez eux, MAIS, que les chauffeurs restent aux voitures sur le lieu du blocus pour les surveiller… BLAGUE !

Autant dire que c’était se jetter dans la gueule du loup, bien entendu nous avons refusés.

L’attente et la non prise de décision furent pour nous les deux critères les plus fatiguant. Attendre durant 7h qu’une autre personne que vous décide de la suite de votre voyage… Nous étions en balance et sentions le salar s’éloigner…

Bonne nouvelle : Les ambassades du Chili et de l’Espagne ont enfin réussies à réveiller la police Bolivienne pour qu’elle intervienne ! SAUF, qu’elle débarque avec la consigne de récupérer seulement les ressortissants chiliens et espagnols, soit : 3 personnes. Nous apprenons également qu’il y a plusieurs blocus en cours sur la même route et que nous nous trouvons sur le point central.

Finalement, la police nous propose deux options :

  • Passer avec eux jusqu’à Uyuni. Cependant elle n’assure pas le voyage retour pour ceux qui souhaitent comme nous retourner au Chili.
  • Soit, faire demi tour immédiatement pour retourner vers le Chili.

Fatigués et dégoûtés, sur les 12 personnes de notre tour, une partie s’accordent pour dire que n’avons pas signés pour faire le tour dans ces conditions là et souhaite rentrer en sécurité au Chili sachant qu’il n’y a pas de voyage retour garantie si nous passons maintenant. Autant vous dire que vivre 2 prises d’otages en 3 jours ne nous chauffaient pas trop…

On hésite, on hésite, on voit tout à coup tous les touristes courir vers leur voiture pour finalement prendre la direction d’ Uyuni. Surpris on se rend compte que nous sommes peux être les seuls à vouloir faire demi-tour… l’effet de masse l’emporte, on décide au dernier moment de courir à nos voitures nous aussi pour partir. Mais trop lents, alors que la police disparaît au loin avec les autres 4×4, les manifestants, décident de stopper nos voitures !

Il fait nuit, 7h se sont déjà écoulées et se retrouver à nouveau bloqué a été la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Notre chauffeur discute avec une femme qui semble très en colère et finalement, je ne sais par quel miracle, on nous laisse faire demi tour. Retour au refuge de la veille, on mange, on se détend, on est soulagé d’être enfin sorti de ce blocus.

Mais à peine rentré on nous propose déjà de repartir. Le chauffeur qui nous a mis dans ce pétrin nous « offre » la possibilité d’aller voir le salar en partant à 2h du matin sur la fameuse route alternative qu’il connait très bien et dit qu’il garantie le retour…Pour nous, c’est un NON ! On ne peut plus lui faire confiance et choisir de le suivre. Voir le salar en coup de vent et repartir immédiatement… définitivement nous n’avons pas payer pour ça. On répartis dans les voitures deux groupes : ceux qui iront au salar et souhaitent poursuivre leur voyage en Bolivie et ceux qui souhaitent rentrer au Chili !

Le matin on se réveille la tête pleine de questions. Les 4×4 des touristes sont-ils finalement arrivés à Uyuni ? La deuxième jeep de notre tour va t-elle pouvoir faire le chemin retour pour ceux qui en avaient besoin ? Quoi qu’il en soit, nous reprenons la route sereinement vers la frontière. On prend notre petit dej’ vers la frontière. Et Joie, on retrouve Nino et sa bonne musique ! On entend les paroles : « sweet home Alabama » que l’on reprend tous en coeur en « sweet home ATACAMA » . On en rigole nerveusement mais content de rentrer.

Par la suite nous sommes forcement allés voir notre agence pour discuter et récupérer une partie de notre argent. Après de longues heures de discussions nous avons eu un juste remboursement pour les jours « non consommés ». Je ne rentrerai pas dans les détails afin de respecter la clause de confidentialité que nous avons signé, il faut le dire un peu à contre cœur. La seule chose que je dirais c’est que peu importe l’argent et peu importe que les blocus en Bolivie soit quelques chose visiblement de « banal », personnes ne nous a demandés comment nous allions ! Bref…

Nous avons appris par la suite que :

  • Les 4×4 du blocus ne sont en fait jamais arrivés à Uyuni. Ils ont été bloqués à nouveau. La police a lâchement continuée sa route sans les aider. Ils ont du passer la nuit dans les voitures avant d’être débloqués.
  • La deuxième voiture de notre agence est arrivée au salar, mais au retour elle s’est fait arrêtée. Ils ont été obligés de dormir dans le village, leur réservoir d’essence a été vidé et ils ont du faire des vidéos de soutient pour être enfin libéré et rentrer entassé dans un camion à bestiaux.
  • Malgré notre retour, certaines agences ont continuées d’envoyer des tours jusqu’à ce qu’il y ait un arrêté officiel pour interdire la vente de tour.
  • Certaines agences ont remboursées 100% du tour

Tous ces faits nous on conforté dans le fait que nous avions fait le bon choix de retourner au Chili et d’arrêter le tour. Le salar d’Uyuni va rester à sa place et nous serons très heureux d’y retourner un jour pour finir ce tour. Ce qui est sûre c’est que de belles amitiés sont nées après cette aventure. Nous nous sommes tous retrouvés pour la Saint Patrick et faire la fête.

Nous tenions à partager cet épisode un peu spécial de notre voyage parce qu’après tout il en fait parti. Cela nous a montré aussi un petit peu l’envers du décor des tours en Bolivie et fait découvrir un pays dans une situation difficile. Nous n’avons pas eu de chance sur ce coup là, parce qu’il faut avouer que le début de l’expédition était juste parfaite et géniale, il faut savoir faire la part des choses. Aujourd’hui la situation est à nouveau calme et les tours ont repris normalement. Uyuni ce n’est que partie remise 😉

Vlog Vidéo

Retour en images

Nous avions prévu de faire un Vlog vidéo sur ces 4 jours au coeur de la nature Bolivienne.
Le début de l’aventure étant super, nous avons donc décidé finalement de monter ce vlog
et partager avec vous ces moments qui font partis de notre voyage.
On vous laisse découvrir ce décor magnifique et ces rebondissements !

Grosse dédicace à nos potes de galère – Specials thanks to our Friends
__

Marie-Anne, Laurent, Lorena, Alicia, Andy, Jesus, Ondine, Mélanie, Thomas et Jiri !

Pour chaque étoile que tu donnes à cet article, un otage sera libéré 😉

Bolivie : le salar d’Uyuni en 4 jours, ou PAS !
5 (100%) 2 votes

N'hésite pas à poser des questions ou à nous laisser des commentaires

elit. leo libero eleifend id tempus consectetur lectus porta. fringilla
Partagez11
Tweetez
Enregistrer
11 Partages